Nous ne sommes pas des inconscients


Par Sandra sur 10 mars 2017 · 0

De nos jours lorsqu’il y a un problème, quel qu’il soit, il nous faut absolument un coupable. Les accidents en montagnes ne dérogent pas à la règle. Alors que la saison bat son plein et que des avalanches se produisent, les réseaux sociaux et les médias s’en donnent à coeur joie. Des phrases telles que: « Le risque est élevé et pourtant les gens partent en hors-piste, c’est inadmissible. » « Il faut interdire le hors-piste. » « Les gens sont inconscients, ils sont fous. » « En plus ces gens là font prendre des risques aux secouristes. » « Personnellement, je ne serais jamais allé à cet endroit avec ce risque »…

Il est si simple de critiquer un accident qui est passé lorsque nous n’y étions pas. Il faut savoir que lorsque l’on sort en montagne le risque zéro n’existe pas. Mais c’est également le cas lorsque l’on rentre dans sa voiture, lorsque fait du bateau, du vélo… En réalité le risque zéro n’existe jamais, du moment que notre coeur bat il est possible de se blesser ou de mourir.

Faut-il interdire aux personnes qui aiment nager d’aller dans l’eau parce qu’ils risquent de se noyer? Faut-il interdire aux personnes qui aiment le parapente de voler parce qu’ils risquent de s’écraser? Faut-il interdire aux personnes qui aiment le vélo de rouler parce qu’ils risquent de tomber ou pire,d’être percuter par une voiture? …

Non, et pourquoi? Pourtant de nombreuses personnes décèdent chaque jour en pratiquant leur passion. Ne prenez-vous pas la voiture en code rouge? Bien sûr que si, sinon les gros bouchons en vallée de Tarentaise, par exemple, n’existeraient pas les jours de neige. N’y a t-il portant aucun risque? En fin de compte, il serait plus simple de nous enfermer dans une cage dès la naissance, ainsi, il ne nous arrivera jamais rien. Mais nous serons bien vite tous morts de tristesse et d’ennui.

C’est pourquoi, et bien oui, il m’arrive de sortir en montagne lors d’un risque 4 (la preuve avec le film ci-dessus). Mais je ne le fais pas sans réfléchir. Lors d’un tel risque, plusieurs choses essentielles sont à vérifier et à faire:

  • Lire le bulletin d’avalanche et agir en fonction
  • Choisir son itinéraire:
  • Trouver des pentes inférieures à 30° en pensant également aux pentes alentours
  • Sans réel piège de terrain
  • Garder ses yeux et ses oreilles bien ouverts:
  • Sur le terrain, vérifier les conditions
  • Regarder les coulées et avalanches qui se sont produites
  • Regarder les traces du vent
  • Faites régulièrement des tests du bâton
  • Soyez toujours sur vos gardes
  • N’hésitez jamais jamais à renoncer

Les pentes en jaune et rouge sont égales ou supérieures à 30°. La ligne verte est notre itinéraire
Les pentes en jaune et rouge sont égales ou supérieures à 30°. La ligne verte est notre itinéraire

Pour chaque risque (de 1 à 4) le risque zéro n’existe pas mais pour chacun d’entre eux il est possible de sortir en montagne, si on le fait de façon raisonnée. Il faut pour cela de bonnes connaissances et savoir s’en servir pour préparer son itinéraire mais aussi sur le terrain. Il faut également savoir rester humble face à la nature et ne jamais hésiter à renoncer en cas de doute.


Répondre

Vous devez être connecté afin de poster une réponse sur ce sujet. Connectez-vous ou créez un compte.

Passer à wepowder Pro

  • Prévisions complètes sur 14 jours
  • Raideur de pente et exposition du terrain
  • Idées d'itinéraires freeride
wePowder Pro