Risque d’avalanche, bien plus qu’un simple chiffre


Par Sandra sur 26 février 2016 · 2

En tant que freerideur le bulletin d’estimation du risque d’avalanche est très important. Il doit être lu avant chaque sortie. Mais faut-il encore savoir le décrypter? S’il vous arrive de le lire régulièrement vous avez sûrement déjà remarqué que celui-ci est construit selon une certaine structure.

La première chose que l’on voit c’est bien évidemment l’indice de risque le plus élevé du jour. Mais cela n’est bien sûr pas suffisant comme indication pour préparer votre sortie de ski. Nous avons donc en haut de page l’indice de risque mais cette fois-ci par rapport à l’altitude. Ci-dessous par exemple il est de 3 au-dessus des 2400 m et de 2 en dessous. Ensuite il y a les pentes les plus dangereuses, ici se sont les pentes exposés du Nord à l'Est, attention cela ne signifie pas que les autres pentes soient sans danger. Puis il y a indiqué la façon dont les avalanches peuvent se déclenchées soit par départs spontanés soit par le passage d’un skieur.

Indications rapides
Indications rapides

Ça se sont les indications rapides. En-dessous est inscrit les dernières quantités de neige tombées ainsi que l’état et l’épaisseur du manteau neigeux actuel. Mais également, très important comment les avalanches peuvent se produire avec les conditions actuelles, pourquoi et où. S’il y a eu du regel, du vent et à quel type d’avalanche il faut faire attention. Enfin pour finir la météo de la journée et la tendance ultérieure des risques sur les deux jours à venir.

État et épaisseur de neige
État et épaisseur de neige

Il est clair que le bulletin ne reste qu’une estimation et qu’il ne fait pas tout. Il faut bien comprendre où poser vos spatules. Si vous passez sur une pente proche de la station, qui à été sur-tracée à chaque chute lors d’un risque 4 et que rien ne bouge, cela ne veut pas dire, pour autant, qu’une pente identique mais qui ne sera pas sur-tracée sera une bonne idée lors d’un risque moins élevé. Il ne faut pas oublier que le BERA ne s’arrête pas à une pente précise et surtout pas à la pente que vous, vous souhaitez skier, non, l’estimation du risque se fait sur un massif et représente une superficie importante. Les montagnes sont très diversifiées et les pentes également.

Risques et définitions
Risques et définitions

De plus, le risque 3 est bien souvent sous-estimé, et pourtant, il est un risque marqué. Le risque 3 comptabilise le plus grand nombre de victimes d’avalanches dans Les Alpes. Certains pensent que le risque 3 se trouve au milieu de l’échelle et qu’il n’est donc pas si dangereux que cela. D’autres pensent que si l’on écoute réellement la définition du risque 3 ce n'est plus possible de skier. Tout n’est pas si blanc ou noir. Il est bien possible de skier de la super neige lors d’un risque 3, mais en même temps, d’autres coins seront très dangereux. En réalité beaucoup de gens ne savent même pas ce à quoi correspondent les différents risques, je vous recommande donc vivement de lire ces définitions (Tableau ci-dessus) et de les garder en mémoire. Et surtout, de lire et de comprendre les explications décrites dans le BERA et de ne pas s’arrêter au simple chiffre du risque.

Commentaires


  • Rhodes
    Expert
    Rhodes op 29 février 2016 · 11:23
    Oui, très bon rappel Sandra ! Et au delà de l'analyse du BERA, il s'agit d' apprendre et connaitre la neige sauvage. De savoir "mesurer" les pentes leurs morphologies (profil et plan) leurs orientations et de voir les potentiels points de rupture ou de compression.
    J'ajouterai que le R1 ne présente quasi que des risques de chute dues à la présence de neige, qu'en R5 on reste à la maison pour des câlins !. Il reste le 2,3 et 4 : Ainsi on peu voir alors que le R4 est le risque maximum dans une pratique hasardeuse et la plus dangereuse dans les pentes raides et au-delà. Que le Risque 3 oblige à une vigilance toute particulière et demande une fine connaissance en nivologie, conditions temporelles etc. car c'est le risque maximum avant des conditions très hasardeuses.
  • Sandra
    Elite
    Sandra op 29 février 2016 · 11:57
    Tout à fait d'accord, sans oublier que les pentes raides commence au-delà des 30°.

Répondre

Vous devez être connecté afin de poster une réponse sur ce sujet. Connectez-vous ou créez un compte.

Passer à wepowder Pro

  • Prévisions complètes sur 14 jours
  • Raideur de pente et exposition du terrain
  • Idées d'itinéraires freeride
wePowder Pro