Splitboard pour les nuls


Par Erwin sur 8 octobre 2016 · 0

Prêt à partir pour votre première sortie en splitboard! N’étant plus dépendant des remontées, les possibilités deviennent presque infinies. Les règles, vous sont dorénavant dictées par la nature et vos propres compétences, un super concept. L’avantage du splitboard est qu’il se décompose en deux parties et permet de randonner sans avoir de snowboard sur le dos. Il permet ainsi de ne pas ajouter de poids supplémentaire, comme c'est le cas avec des raquettes ou des skis d'approche. Une fois au sommet, il suffit de ré-assembler les deux parties afin de profiter comme il se doit de la descente.

Bien évidemment la seule chose dont vous ayez envie maintenant, c’est d’essayer cette nouvelle planche le plus vite possible. Mais, avoir votre planche ne suffit pas, des bâtons et des peaux sont également très pratique, ainsi qu’un peu d'exercice et de technique. Dans cet article, je vais vous décrire le matos qu’il est possible d’avoir ainsi que toutes sortes de conseils, même pour ceux qui ont déjà utilisé un split.

Splitboard

Les premiers splitboards sont apparus sur le marché au début des années 90, mais ce n’est qu’au cours des dernières années (grâce à des rideurs comme Jeremy Jones et Xavier De Le Rue) qu’ils ont évolués rapidement. Maintenant, quasiment chaque marque possède un, ou plusieurs, splitboards dans leur collection.

Le faire soi-même

Il est bien évidemment possible de prendre un ancien snowboard et de le couper en deux parties. Cela est relativement peu coûteux, mais il faut compter un certain nombre d’heures de travail. Le seul inconvénient majeur étant que la position des fixations reste fixe, donc pas de droit à l’erreur.

Voilé Split Kit
Voilé Split Kit

Splitboard neuf

  • Il est possible de faire varier la position des fixations.
  • Lorsque le split est séparé, il a des carres de chaque côté.
  • Avec le choix des marques il est possible de trouver un split qui convient à chaque style.

Presque tous les splitboards se divisent en deux parties. Ces deux parties sont donc généralement plus larges que les skis de randonnée, et monter dans les traces n'est parfois pas si évident que cela. C’est l’une des raisons pour laquelle des splits en trois parties ont été développés (Mark Reichard de Wildschnee et Stefan Schiele de Jester y sont pour beaucoup. Avec ce système là il faut porter la partie centrale sur le dos. Mais grâce à lui; il est possible de mettre plus de pression sur les patins et avoir ainsi plus d'adhérence. Malheureusement avec de larges bottes souples et les fixations il arrive encore parfois de frotter sur les rebords des traces.

Fixations

  • Les fixations standard
    Voilé est la marque qui a amené le splitboard sur le marché du snowboard. Avec les accessoires de Voilé Universal Splitboard Interface, il est possible d’utiliser ses propres fixations. Attention: ce système ne fonctionne pas bien avec les fixations de la marque NOW, qui sont trop étroites. S’il est vrai qu’avec des fixs standards les frais sont relativement bas, le système Voilé reste lourd. On se retrouve également très haut sur le snow ce qui n’est pas forcément très agréable lorsque l’on ride.

Voilé Universal Splitboard Interface
Voilé Universal Splitboard Interface

Afin de pouvoir marcher agréablement en mode rando le top est lorsque les ‘highback’ de fixations sont pliables vers l’arrière. Ce n’est pas indispensable mais avec ça, la façon de marcher devient beaucoup plus efficace.

  • Fixations spécifiques
    Après avoir ridé quelques années avec le système Voilé j’ai essayé les Karakoram. Avec ce système là, j’ai découvert de nouvelles sensations. Ma planche est tout à coup devenue plus ludique, elle réagi beaucoup mieux et elle est beaucoup plus légère. Sur les pistes damées j’arrive également a carvé, même à grande vitesse. Ces fixations peuvent-être mises sur une planche sans plaque d’adaptation, cette dernière étant directement dans la fixation. Aussi, les ‘highback’ se mettent bien en arrière, c’est donc agréable à la montée. Ces fixations permettent de garder les caractéristiques d’une bonne planche. Cela dit, elles sont chers, mais il n’est pas nécessairement obligé d’acheter tout les accessoires Voilé. De plus en plus de marques se sont basées sur le système Voilé, comme entre autre Spark. Ces marques fabriquent de plus en plus leurs propres pièces, elles ont donc moins besoin des accessoires voilé.

Karakoram
Karakoram

Karakoram interface
Karakoram interface

Récemment une nouvelle marque française s’est installée sur le marché: Plum. Leur système est très très bien et il sort aussi très bien des tests.

Fixation Plum
Fixation Plum

Lors de l’achat de fixations pour un splitboard il est important de vérifier si les chaussures rentrent bien dedans. Des fixations trop courtes donnent des soucis pour la montée, l'avant des chaussures risquent de toucher la planche. Et des fixs trop larges pour les chaussures, sont moins précises et moins réactives.

Des fixations adaptées aux chaussures
Des fixations adaptées aux chaussures

Peaux de phoques

C’est très simple sans peaux, il est impossible de monter. Les poiles sur les peaux permettent de gripper et de ne pas redescendre. Des peaux coupées correctement ne laissent entrevoir que les carres.

Des peaux bien coupées
Des peaux bien coupées

Différents types de peaux existent: La mohair (poil de chèvres) qui glisse très bien et le nylon qui glisse moins mais qui grippe mieux, de plus, il est très résistant et moins sensible de l’eau. Bien sur, il existe des mixes de mohair et nylon. Avec des planches larges comme sur un splitboard il est préférable de prendre des peaux avec une bonne grippe. Même, si bien évidemment, la technique de marche y est pour quelque chose aussi.

Bâtons

Malheureusement si l’on fait du splitboard on a besoin de bâtons. Mais à la descente heureusement on les ranges. L’idéal est donc de prendre des bâtons télescopiques qu’il est possible de plier très courts et de mettre dans le sac à dos.

Couteaux

A t-on besoin de couteaux en splitboard? Lorsque la neige devient cartonnée et glacée il est difficile de pousser assez fort avec des softboots sur les carres. Il devient donc parfois obligé de mettre les couteaux, et cela même, avant les randonneurs à ski. Mieux vaut donc en avoir, les disposer proches dans le sac et ne pas hésiter à les mettre à la montée avant qu'il ne soit trop tard. Mettre des couteaux dans une pente glacée à 40 degrés, ce n’est pas vraiment drôle.

Autres

Le métal étant froid, pensez à prendre des petits gants pour changer le split de une, à deux parties, et inversement. Un petit kit de réparation avec du scotch américain n’est, également, jamais de refus. Un tournevis ou des clés pour les fixations et quelques vis en réserves, un bout de fil de fer peut sauver la descente, ainsi qu’une frontale, la nuit tombe vite.

Et bien évidemment, en randonnée on a toujours notre matériel de secours en avalanche (ARVA, pelle, sonde et peut-être même un airbag). Un petit conseil ne commencez pas avec une énorme rando, mais doucement, juste à côté des pistes par exemple.


Répondre

Vous devez être connecté afin de poster une réponse sur ce sujet. Connectez-vous ou créez un compte.

Passer à wepowder Pro

  • Prévisions complètes sur 14 jours
  • Raideur de pente et exposition du terrain
  • Idées d'itinéraires freeride
wePowder Pro